En bref


Le Monastère de Mar Yakub (Saint Jacques le Mutilé) situé à 100km au nord de Damas, date du VIème siècle. Il est proche d'un ancien village appelé Qara.  Autrefois ce monastère était le plus important de la région, mais il est abandonné depuis 1930. En 1994 il a été réhabilité par une carmélite de Harissa (Liban): Mère Agnès Mariam de la Croix. Il abrite désormais l’Ordre de l’Unité d’Antioche, fondé en 2000. Le but suprême est de « servir l'Unité entre les Églises Patriarcales Antiochienne» en renouvelant l'héritage culturel Antiochien commun au niveau spirituel, théologique, patristique, liturgique et artistique».

 

La caractéristique de notre Ordre est :

  • Son insertion dans l’Eglise locale c.a.d. Antioche, la Grande Eglise de Dieu, pour se dédier au service de l’unité antiochenne et vénérer filialement tous les patriarches d’Antioche, particulièrement notre Saint Père le Patriarche de notre Eglise grecque-melkite catholique, en communion totale avec Notre Saint Père le Souverain Pontife Romain et de là, s’élancer vers les horizons oecuméniques en s’ouvrant amoureusement à toutes les Eglises et les religions 
  •   Retour aux sources de la vie monastique orientale, en particulier les voies de l’union à Dieu à travers la prière du coeur et l'idiorythmie sous la mouvance de l'Esprit de Dieu.
  •  Diffuser l’Evangile de la Vie et les enseignements des Pères, surtout les voies antiques du combat des pensées, de la guérison spirituelle et de l'union et transformation en Dieu
  •  Aider par l’accueil et l’écoute l’homme contemporain, surtout la jeunesse, à construire son humanité sur le rocher de la vie spirituelle sans pour autant nuire à la vie de prière et à l’intimité avec Dieu.
  • Contribuer à la préservation du patrimoine des Eglises d’Antioche et chercher à restaurer la culture humaine à partir de l’Evangile à l’instar des antiques monastères qui avaient su sauvegarder la civilisation et la transmettre à toute l’humanité
  • Le monastère est un lieu de sainte philoxénie : il  accueille les retraitants et les résidents sans porter atteinte au règlement de la vie monastique.