Soeur Espéranza (Vénézuéla)


Comment ai-je appris à connaître le Seigneur?

 

Dès mon plus jeune âge, j'ai senti l'appel pour suivre Jésus-Christ. D'abord, j’ai pris un engagement en tant que laïque dans le mouvement "Focolari". Puis, je suis entré dans un Congrégation missionnaire apostolique. Là l'obéissance me guidait : missions dans la jungle, ministères pour aider des prostituées et des jeunes troublés, membres de gangs, prisonniers ou toxicomanes.  Je donnais également la catéchèse aux jeunes et je servais comme sacristine dans différentes paroisses. Ce fut vraiment une expérience fascinante, mais je sentais en moi l’appel pour aller au pays de Notre Seigneur.

 

 Comment ai-je appris à connaître le monastère?

 

Je suis venu au Liban à la recherche d’une vie hermétique. J’ai rencontré Mère Teresa de Jesus (Supérieure du Carmel de Harissa au Liban)  et elle m'a mise en contact avec Mère Agnès-Mariam, qui m'a invité à vivre au monastère de Mar Yakub.

 

Comment vis-je la situation pendant la guerre?

 

 C’est une grande souffrance. Il y la destruction et la mort, tant de haine et de mal est tombé sur ce pays. Il y a de la violence, de l'insécurité et de l'anxiété. Nous demandons au Seigneur d'avoir pitié de nous et de nous accorder la paix.